Alpine A110 Pure ou S, laquelle choisir? Le match dans le magazine échappement en kiosque…

Début de saison sportive automobile: entre reports et annulations

Début de saison sportive automobile: entre reports et annulations Il y a presque un an jour pour jour, la pandémie mondiale liée à la COVID 19 entraînait le premier confinement. Ce dernier, débuté le 17 mars 2020, a duré un mois et vingt-cinq jours, jusqu’au 11 mai. Si plusieurs courses avaient déjà eu lieu, en WRC par exemple, mais aussi au niveau régional, le début du printemps est traditionnellement la période où la saison de sport automobile reprend pleinement ses droits.

Durant cette période, tout s’est arrêté, et il a concrètement fallu attendre l’été pour redémarrer les moteurs. Malgré l’annulation ou le report de nombreuses épreuves, certains championnats ont pu mettre en place des calendriers, certes moins étoffés, mais permettant de préserver l’essentiel et de désigner les champions. Certaines disciplines n’ont pas eu cette chance, à l’image du Rallycross qui a dû jeter l’éponge dans l’Hexagone.

À la fin de l’été 2020, nous pensions que le plus dur était passé et que le début de la saison 2021 marquerait un retour à la normale. Force est de constater que ce n’est pas le cas. Entre couvre-feu et re-confinements locaux, nous sommes encore loin de retrouver une vie normale. Et l’impact sur les différentes disciplines du sport automobile est important, entraînant de nouveau un grand nombre d’annulations et de reports d’épreuves.

L’espoir est désormais que la situation s’améliore avec les beaux jours, afin de lancer au plus vite la saison. Concernant le circuit, la nature même des structures permet d’envisager relativement facilement la tenue des épreuves, s’il le faut sans public ou avec une jauge restreinte.

De plus, l’équipement même des pratiquants est une barrière contre la transmission du virus. C’est plus difficile pour les épreuves sur site naturel, comme les rallyes ou la course de côte. Là il faudra s’armer de patience. Mais le plus préoccupant reste les épreuves où la présence du public est indispensable d’un point de vue financier…

Et là, il faut croiser les doigts pour espérer qu’elles puissent passer cet écueil… Une chose est sûre, le sport auto ne sortira hélas pas indemne de cette crise.

Julien Renavand
Rédacteur en chef