Rétrospective : La Nordschleife

L’emblématique circuit allemand du Nürbugring traverse les époques et se rapproche doucement de son centenaire. L’occasion de replonger au cœur d’un siècle riche en histoire, sur l’un des tracés les plus exigeants et craints au monde.
Texte Anthony Delahayes
Photo McKlein
La simple prononciation du nom « Nürburgring » divise la communauté de pilotes. D’un côté, les enthousiastes, les amateurs de frissons et de challenges, qu’une simple photographie représentant les graffitis décorant la piste déclenche en eux une folle excitation. De l’autre, les moins téméraires. Non pas qu’ils soient froussards, ils prennent au contraire conscience de la dangerosité du circuit arpentant le cœur de l’Eifel et surtout, la complexité de le mémoriser entièrement. Mais ils parviennent néanmoins à se mettre d’accord sur un point : ce circuit est certainement le plus légendaire de par sa longueur et son histoire.
C’est à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Coblence que des ingénieurs allemands, en 1925, dessinèrent les plans d’un circuit ultra exigeant de plus de 23 kilomètres, comme il était encore possible de créer aux balbutiements du sport automobile. Et le tracé donna vite le tournis : courbes rapides, virages serrés, en aveugle, à vue, des bosses, des compressions… et deux bankings, les « Karussell ».
La montagne russe aux 160 virages, nommée « la boucle nord », « Nordschleife » en allemand, accueillera sa première course motorisée le 18 juin 1927. Les prémices d’une très longue série de performances aussi bien humaines que mécaniques, mais aussi de drames… Il vous reste encore 90% de cet article à lire.
Extrait de l’article paru dans Echappement n°637, septembre 2020, magazine qu’il est possible de commander en format papier ou numérique (iPad, Android, Mac, PC…) sur le site hommell-magazines.com