Rétro, Grands Prix du Roussillon

De 1946 à 1949, les rues de Perpignan ont accueilli Wimille, Sommer, Trintignant, Villoresi et même Fangio lors des Grands Prix du Roussillon, disputés sur le circuit des Platanes. Grâce au livre de Jacques Privat, revivons les quatre éditions de ces courses qui, il y a plus de soixante-dix ans, ont fait vibrer la cité occitane.
Texte François Hurel
Photo Jean Ribière

Si l’Automobile Club du Roussillon a été créé en 1920, c’est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale que son ASA, présidée par Léon Do, entreprend d’organiser une course à Perpignan. A une époque où Montlhéry était le seul circuit permanent en France, de nombreuses épreuves étaient organisées en ville, ce que la Formule E a remis au goût du jour récemment. Contournant la Promenade des Platanes avec un départ situé boulevard Wilson, non loin du Castillet, le circuit mesure 2,538 km et comprend 10 virages. 50 000 spectateurs peuvent assister au spectacle, seuls 3 000 d’entre eux bénéficiant d’une place assise. Pour assurer leur sécurité (celle des pilotes n’est pas encore un sujet), 12 km de ganivelles (barrières en bois) et 75 tonnes de paille sont installés. Reste à trouver du carburant en cette période de rationnement. La bienveillance des pouvoirs publics y pourvoira, la libre circulation étant autorisée dans les Pyrénées Orientales et dans les départements limitrophes afin de permettre au public de se rendre sur les lieux. Quant au carburant et à l’huile nécessaire aux concurrents, ils seront fournis par Esso… Il vous reste encore 90% de cet article à lire.
Extrait de l’article paru dans Echappement n°632, avril 2020, magazine qu’il est possible de commander en format papier ou numérique (iPad, Android, Mac, PC…) sur le site hommell-magazines.com