Rallycross RX de Lohéac 2019

Certes, les têtes d’affiche sont parties vers d’autres horizons, suivant pour certaines les ambitions des constructeurs, mais le spectacle et son incertitude ont quand même fait de l’épreuve bretonne un rendez-vous à part dans la saison du World RX.
Texte Emmanuel Naud
Photo ©FIAWorldRallycross


Plus qu’une simple étape du championnat du monde, Lohéac est devenu « le » rendez-vous du sport automobile de la rentrée. Véritable show, le rallycross, dans sa version mondiale, respecte la fameuse règle des trois unités : temps, lieu, action. De quoi séduire les constructeurs à l’instar d’Audi, Ford, Peugeot ou encore Volkswagen. Mais, les axes de communications, les objectifs de chacun ou l’électrification anticipée puis retardée de la discipline ont été autant d’arguments pour les constructeurs pour quitter le navire World RX.
Avec un calendrier réduit de douze à dix épreuves, « pour permettre aux équipes de maîtriser leurs coûts », le mondial de rallycross semble montrer quelques signes d’essoufflement. Les informations glanées début mars confirment ces impressions car les engagés tardent à venir… Pourtant, seize pilotes ont fait part de leur engagement sur l’intégralité de la saison, soit un de plus qu’en 2018 malgré l’absence de Sébastien Loeb, Petter Solberg, Mattias Ekström et Johan Kristoffersson, le double champion en titre. A l’exception des Polo GTI Supercar, on retrouve toutes les voitures présentes l’an passé : Audi S1, 208 WRX, Mégane R.S., i20 et Fiesta, auxquelles viennent s’ajouter la Fabia, l’Ibiza et la Clio 4 R.S… Il vous reste encore 90% de cet article à lire.
Extrait de l’article paru dans Echappement n°626, octobre 2019, magazine qu’il est possible de commander en format papier ou numérique (iPad, Android, Mac, PC…) sur le site hommell-magazines.com