Hommage à Denis Dayan & Jean-Luc Salomon

Il y a cinquante ans, deux grands espoirs du sport automobile français trouvaient la mort lors d’une manche du championnat de France de Formule 3, sur le trop rapide circuit de Rouen-les-Essarts. Denis Dayan et Jean-Luc Salomon n’ont pas eu la carrière que méritait leur talent, mais ils ne sont pas oubliés.
Texte François Hurel
Photo DPPI

Jules Bianchi, puis Anthoine Hubert : ces deux disparitions nous ont rappelé que le sport automobile restait dangereux et nous ont d’autant plus touché qu’ils s’agissait de deux jeunes pilotes, qui n’ont pas eu le temps d’aller au bout de leur destinée. Il y a un demi-siècle, la mort était plus habituelle, mais la communauté du sport automobile n’en fut pas moins choquée par les événements survenus le 28 juin 1970, lors de l’épreuve de F3 disputée dans le cadre du Grand Prix de Rouen. Cette course à l’aspiration fut tellement effrayante que les observateurs présents ce jour-là pressentaient le pire. Venus du monde entier, les jeunes loups étaient prêts à prendre tous les risques pour sortir du rang et gagner leur place à l’échelon supérieur. Parmi eux, un certain James Hunt remporta ce jour-là, sur Lotus 59, la première grande victoire de sa carrière devant Wilson Fittipaldi, Mike Beuttler et Jean-Pierre Jaussaud. Premier tricolore, le leader du championnat de France avait refusé d’aller trop loin dans le jeu macabre que fut cette course folleIl vous reste encore 90% de cet article à lire.

Extrait de l’article paru dans Echappement n°635, juillet 2020, magazine qu’il est possible de commander en format papier ou numérique (iPad, Android, Mac, PC…) sur le site hommell-magazines.com