En aparté avec… Philippe David

Témoin privilégié de son époque à la charnière des décennies 80/90, Philippe David a officié pendant cinq ans comme coéquipier de deux des meilleurs pilotes français du moment : Jacques Panciatici et Pierre-César Baroni. Aussi disert que généreux et fidèle en amitié, il en conserve aujourd’hui de mémorables souvenirs.
Texte Jacques Furet
Photo Christian Chiquello

Bien avant de se mettre au service de champions de la trempe de Jacques Panciatici et Pierre-César Baroni, Philippe David a plus modestement fait ses classes auprès de pilotes amateurs de sa région. Nous sommes en 1985 quand, cahier de notes sous le nez et casque rivé sur la tête, il glisse pour la première fois sa grande carcasse dans le baquet de la Golf GTI d’un certain Gilles Berger C’est le début d’une belle et tumultueuse tranche de vie qui le mènera assez vite à devenir l’un des copilotes les plus en vue de sa génération.« Plus jeune, mon frère aîné m’avait initié aux rallyes en m’emmenant assister aux exploits de toutes ses idoles. Ce milieu me faisait bien évidemment rêver, mais me semblait alors parfaitement inaccessible. Avec un père militaire, j’étais voué à faire des études, pas à perdre mon temps avec de telles c… !, se souvient notre volubile Marseillais. Au retour de l’armée, je n’avais de toute façon pas les moyens d’entretenir une voiture de course. Pour courir à mon tour, il ne me restait qu’une solution : “faire” le coéquipier. Je me suis lancé dans cette voie en partant de rien, mais avec la ferme ambition d’y approcher l’élite et surtout, que cela en devienne mon métierIl vous reste encore 90% de cet article à lire.

Extrait de l’article paru dans Echappement n°635, juillet 2020, magazine qu’il est possible de commander en format papier ou numérique (iPad, Android, Mac, PC…) sur le site hommell-magazines.com