Antimémoires : Alfasud 1.5 Quadrifoglio Verde Ti et Sprint

Alors qu’Alfa « Nord », grâce à la compétition en Tourisme exaltant les qualités sportives de ses attrayants modèles, émerge d’une période faste de grande notoriété, cette maison mère s’apprête à s’enfoncer dans une longue régression, dans la léthargie. Or, en parallèle – nous sommes en 1972 –, naît l’Alfasud, une voiture mais aussi une usine dont le rôle social n’est pas dissimulé. Pourtant, une bonne décennie plus tard, le constructeur d’état se retrouve à la croisée des chemins… au propre comme au figuré.
Texte Gilles Dupré
Photo Christian Chiquello

C’est dans la ville de Pomigliano d’Arco, non éloignée de Naples, qu’est implanté ce magnifique complexe industriel flambant neuf, créé par Alfa, c’est-à-dire l’Etat italien, avec pour vocation première de favoriser l’emploi, dans une région qui ne l’est justement pas (favorisée). Pour dessiner la voiture, on n’hésite toutefois pas à faire appel à la culture transalpine la plus huppée, la firme Ital Design fondée par le surdoué Giorgetto Giugiaro. A l’époque, au-delà de la silhouette à l’identité réussie, on insiste même sur son investissement dans le projet industriel. Et puis, la conception elle-même de cette nouvelle berline (le magnifique coupé Sprint toujours signé Giugiaro n’arrivera qu’en 1976) fut confiée à un talentueux ingénieur d’origine autrichienne ayant fait ses armes chez Porsche, Rudolf Hruska. Vous savez, c’était encore le temps où un homme s’érigeait en véritable maître d’œuvre de projet, global, allez disons-le, en créateur, responsable de la synthèse et l’homogénéité de l’ensemble… Il vous reste encore 90% de cet article à lire.
Extrait de l’article paru dans Echappement n°627, novembre 2019, magazine qu’il est possible de commander en format papier ou numérique (iPad, Android, Mac, PC…) sur le site hommell-magazines.com